Atelier d’écriture de la Maison du livre NC

Bienvenue sur mon blog

12 janvier, 2018

Atelier d’écriture du 8 janvier 2018

Classé dans : Non classé — joie55 @ 4:18

Troisieme-humanite

DEVOIR : un toast (d’après « La troisième humanité » de B. Werber)
Les humains peuvent-ils évoluer ? Parfois, ils m’inquiètent. Dois-je les aider ou les laisser livrés à leur sort ? Je ne peux pourtant pas les abandonner car j’ai un grand projet pour eux.

Depuis que je les ai créés, il semble que les humains s’acharnent à faire n’importe quoi. Par deux fois déjà, je les ai conçus. Par deux fois, ils sont allés eux-mêmes à leur perte, détruisant à chaque fois leur planète et l’humanité toute entière. Il semble qu’au bout d’un moment, le pire qui est en eux prend le dessus. Je me demande s’ils peuvent évoluer. Parfois ils m’inquiètent. Pourtant, je ne désespère pas. Cette fois-ci, je vais les mettre sur la Terre. C’est une bonne planète qui leur offrira tout ce qu’ils veulent, à condition qu’ils se donnent un peu de mal.

Bon, les débuts ont été assez chaotiques, mais ils sont arrivés à évoluer. Pas toujours dans le sens que j’aurais aimé, d’ailleurs. Toujours leur instinct de posséder, de régner… Ils sont prêts à tout pour ça : tuer, piller, détruire…

Dois-je les aider ou les laisser livrés à leur sort ? Je ne sais encore. J’aimerais qu’ils arrivent à se débrouiller par eux-mêmes. Ils ont hélas inventé à nouveau le pire : la guerre qui détruit, l’esclavage qui asservit, la torture qui anéantit, la religion qui divise au lieu d’unir… Comme les fois précédentes. Mais aussi, peu à peu, ils ont découvert de grandes choses. Le feu, tout d’abord qui leur a permis de se chauffer et de mieux se nourrir. Et puis toutes les grandes découvertes qui ont rendu leur vie plus facile… Peut-être et qui quelquefois font plus de mal que de bien. Mais je crois que la plus belle chose que je leur dois, c’est encore l’art. L’art sous toutes ses formes : poésie, peinture, musique… Mais cette fois-ci, je ne vais pas les abandonner à leur sort car j’ai un grand projet pour eux. Un grand projet qui va les sublimer, presque les diviniser… J’ai besoin d’eux pour réaliser ce grand projet. Il faut qu’ils s’y investissent totalement. Je vais vous expliquer ce qu’il en est… Réflexion faite, je pense que c’est encore trop tôt, donc chut ! Je ne peux pas vous en dire plus pour le moment !
Fabienne


Exercice 1
: décrivez une action simple de 4 points de vue différents
ex : quelqu’un qui se brosse les cheveux :
1.
  Point de vue de celui ou celle qui se brosse les cheveux
2. Point de vue de la personne qui regarde la scène
3. Point de vue de la brosse
4. Point de vue d’un cheveu

brossage

Lucie dans la salle de bain :
Faut que je me dépêche sinon je vais être encore en retard pour la réunion et Pignon va me pourrir. Je peux pas le voir, ce Pignon. Il se prend vraiment pour le chef. J’ai même entendu dire qu’il avait abusé de sa situation. Quel salaud !
Bon qu’est-ce que je vais mettre aujourd’hui ? On oublie les petites jupes sexy, faudrait pas en plus que je l’excite, le vieux pervers. Faut que je dise à Fabrice qu’il doit s’occuper des filles ce soir, je vais finir tard :
-  Ho ! ahisse ! u dras les fi ce soi…

Fabrice, son mari, se rase à côté :
- Lucie, je t’ai dit de ne pas me parler quand tu te laves les dents, je n’ai rien compris.

Wouah ! Elle est super belle ma Lucie. J’aimerais bien être à la place de sa brosse à dents pour explorer toute sa bouche. Elle a du dentifrice aux coins des lèvres. Diablement excitant, on a envie de lécher… Huit ans que je la connais et toujours envie d’elle comme au premier jour… Mais aussi envie de Clara, ma secrétaire. Super bandante, celle-là… Mais bon, rien à voir avec Lucie. Je ne l’aime pas, Clara. Du coup, ça compte pas…

- Oui, ma chérie, je prendrai les filles à l’école ce soir.

La brosse à dents se démène :
- Les dents, vous allez voir comment je vais vous brosser ce matin. Il faut que son sourire soit éclatant ! Je ne laisserai rien passer. Je frotte, je lave, je nettoie, rien ne m’échappera ! Et toi, la dent du fond, pas la peine de te cacher, tu vas y passer aussi !

La dent du fond qui en a marre :
-  Sale brosse, elle a vraiment une dent contre moi !!! Ah ! Ah ! Ah ! Que je suis drôle ! Non, mais là, y en a marre, c’est de l’acharnement, du harcèlement. Ah ! la vache, elle m’a encore fait saigner… Matin et soir, c’est toujours le même cirque. Je vais me plaindre…
Fabienne


Exercice 2
: le texte fendu. Compléter la partie droite de la page, de manière à avoir un texte cohérent.

texte fendu

Il s’est approché dans le couloir et la regarde, elle
s’arrête à quelques pas, regarde à son tour cet homme qu’elle ne reconnait pas et
se retourne. Il se glisse derrière elle et attend
que son visage dans l’ombre s’éclaire un peu. Il ne voit tout d’abord que les
bleus des fleurs. Il saisit son briquet et le jette dans le feu où brûle
l’arbre : la flamme vacille. Quelqu’un frappe à la porte.
« Qui est là…  » dit-elle inquiète et apeurée.
Immobile, son briquet à la main, il ouvre la porte
lorsque sa soeur avance vers eux, toute blanche,
la tête inclinée (ses cheveux étalés sur les épaules et les bras le
long de son buste). Il sourit à cette revenante qu’il connait si bien.
« Anne…
- Anne ! »
Le même appel, au même moment résonne dans la
maison, elle n’entendit que leurs deux corps qui se touchaient tête contre
tête, comme si elle ne le reconnaissait plus. Tout à coup, il est
dans ses bras, et sans parler, caresse son dos, hume
l’odeur de ses cheveux, un sourire aux lèvres.
 » Tu as eu peur, dit-il, te voilà à nouveau parmi nous.
Un hibou s’envola, quelques pas plus loin, puis sauta de branche
en branche mais ne toucha pas les amants qui revinrent
séparément.
 » Comment es-tu venu, ou plutôt revenu ?
- Comment cela, revenu ? Il avait cru qu’elle était le fantôme, mais c’est
lui qui disparut.
Fabienne

Laisser un commentaire

 

Du cours en stock: le franç... |
lavieenprose |
Cahier de Français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'3nvers de la caverne
| ASSOCIATION CORAMBE
| ylds