Atelier d’écriture de la Maison du livre NC

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2011

24 décembre, 2011

Soirée « Itinérances » organisée par et à la Maison du Livre le 6 décembre 2011

Classé dans : Non classé — joie55 @ 8:10

Le thème : quand les mots rencontrent la musique :

1/ Ecriture et tessiture  (Diego) – lu par Fabienne, Jean-Jacques, Alain, Juana-Maria, Diego et Arnaud : 

Prendre des notes est fatigant
Se prendre aux mots est plus plaisant
Même sans connaître la musique
On aime changer de public
Avoir les vers, être en colère,
Pour dire tout et son contraire,
Toujours retomber sur nos pieds
Au rythme de nos bouts rimés,
Prendre mesure de toute chose
Et se lancer en disant : ose !
Avoir les boules dans la gorge
Et le caractère qui se forge
À l’aune de tous ces moments
Où l’on s’écoute patiemment,
Sans juger mais sans compromis,
À nos ateliers du lundi.
La Maison du Livre nous accueille
Nous sommes les durs de la feuille…
Blanche, bien sûr mais jamais sourds
À l’appel des mots d’amour
Et pour en faire des bouquets
Nous faisons les mots voltiger
De dix-sept heures trente à point d’heure,
Pour le bonheur c’est la bonne heure.
Parfois il nous faut mettre fin
Au moins jusqu’au lundi prochain,
À nos notules dithyrambiques
Au risque d’en faire dix lexiques.
Nous prétextons quelque devoir,
Conjugal, ou, plus dérisoire,
Un peu de sommeil en retard,
Et nous remettons à plus tard
Nos oulipiesques logorrhées,
Haïkus fous, vers déjantés
Dont nous avons tenu ce soir
À vous régaler sans retard.
Faites-en profit car c’est vous
En tendant l’oreille vers nous
Qui en magnifiez la genèse,
Que tous nos mots vous mettent à l’aise.
Gardons à l’esprit que parfois,
Pour faire bouger les murs ma foi,
Qu’on soit fruit mûr ou bien fruit vert,
Il nous suffit de quelques vers.

2/ Florescences – Alain

 Fruits épanouis matures
Fleurs aux mille langages
Aux capiteux tangages
Aux fragrances natures
Les espaces embaumés
Subliment le commun
D’évanescents parfums
Par les essences versées
Abandonnant boutures
Dans les airs dansants
Des mages l’encens
En riches envergures
Sous l’enfleurage léger
D’empreintes épicées
Vanille, poivre, giroflée
Flattent de leurs emprises nos soucis de liberté.

3/   Muse absente (Dominique)

 Quand les mots
Rencontrent la musique,
ça fait une chanson
Zon  Zon  Zon

Cette clique de mots,
De notes et de sons
Qui tintent dans ma tête,
Chahutent et cliquètent

Comment mettre de l’ordre ?
Voyons, soyons logiques !
D’abord plaçons les mots,
Ensuite la musique

Mais le rythme s’impose
Au creux des  percussions
J’ai perdu les paroles,
Péché par omission. Pardon !

Et mieux que d’enfiler
Des noms des adjectifs
Qui refusent
De faire un collier à ma Muse,

Je laisse à la musique
Tout son droit de cité
Saisis ma muse au bras
Et l’invite à danser.

4/ Les notes qui dénotent de Jean-Jacques, accompagné par Diego à la guitare

 Il mi fa sur le sol et là, silence… 

Le dodo n’est pas une note répétée mais un oiseau dispar(ut)

Ré + mi = Rémi, prénom pour le moins chantant

La clé de sol est comme la clé des chants

Un do qui vient du froid c’est ut parce que ut est russe.

Fa, do, sont des notes portugaises

 

5/ Les mots  (Fabienne) 

Des mots durs et des mots doux

Des mots qui caressent

Et d’autres qui blessent.

Des mots pour dire « je t’aime »

Ou pour crier ta haine

Tous les mots que l’on dit

Sont la musique de la vie.

 7/ La force du Ka (Sylvia) avec percussion 

Les mains frappant la peau du tambour ont leur langage,
Elles communiquent,
Matérialisant le lien entre les hommes et les femmes
Transformant en énergie palpable le don de soi.
Chanter,
Danser,
Tout prend sens.
Transfiguration des souffrances passées,
Energie cathartique.

La vérité se fait lumière !

8/ Le silence sonore (Juana-Maria)

 Nous sommes les enfants du silence. Nous ignorons le goût des mots, de ces mots cachés, enfouis dans une mémoire lointaine. Des mots prêts à exploser à n’importe quel moment. Prêts à nous remplir la bouche de sucre ou d’amertume, ça dépend de la couleur de ces mots, de leur texture, du suc qu’ils contiennent. 

Ces mots gardent en eux notre essence d’homme, en majuscule, nos idées, nos sentiments. Ils peuvent très bien être une arme contre l’oppression. Ils sont capables de détruire ou de construire des états, d’unir ou de séparer des peuples. Les mots pourront dire nos sentiments et même tisser des liens humains nous menant à partager des idées libertaires. C’est le danger des mots qui deviennent parole lorsqu’ils grandissent dans nos bouches et sortent propulsés dans l’espace. Ils atteignent ainsi les oreilles du public et se transforment en pur sens.

La musique vient les rejoindre. Elle est dans le cœur de toutes les cultures de notre planète, élément commun d’union depuis l’infini des temps. Elle est dans le son de l’air sur les feuilles, dans le mouvement de vagues qui rugissent. La nature nous a offert une multitude de sons non seulement pour régaler nos oreilles et pour réchauffer nos cœurs mais aussi pour nous permettre de  matérialiser nos idées, de les transformer en voix et de les chanter assez haut pour se faire entendre. La musique et la parole marchant ensemble, main dans la main sur le vaste sentier du monde.

Musique ! élément agglutinant qui efface les différences lorsque nos voix s’unissent en une seule et nos mains se serrent pour nous introduire dans la roue de la vie.

Le silence est rompu.

9/ Son d’émoi (Edith, Diego à la guitare)

Les mots sont
L’émotion
Qui résonne par ton fond
Sous le bois
Dessous la lisse écorce et me croche
Et m’arrime
Ivre éclat
Va, dérive, sublime
Tangue au gré de l’émoi
Où je coule
Et me saoûle

Vibre et scelle,
Etincelle
Au rythme de nos voix
Voie d’entrée, voie céleste
Est celle que tu empruntes
Et me prêtes
Quand ma plume
Trémule aux tons de toi
Lors, j’entends
De ma bouche
Les plus sourds sons des mois. Sonde moi… Sonde moi… Sonde moi.

21 décembre, 2011

Ecrivez une lettre au Père Noël pour lui demander des cadeaux pour vous, votre famille, vos amis, vos ennemis et le monde entier.

Classé dans : Non classé — joie55 @ 2:56

Lettre au Père Noël par Fabienne :

Cher Père Noël,

Cette année, j’aimerais bien que tu m’apportes un fiancé, très gentil, pas trop moche, riche et généreux, jeune ou alors très très très vieux !
Mais si c’est pour amener des machins alcooliques ou complètement abrutis comme les autres fois, tu peux bien te les garder, ou plutôt, tiens ! les amener à mon ex-copine Pascale, ça lui fera les pieds à celle-là.

Pour mes enfants, j’aimerais bien que tu leur amènes des gosses déjà tout faits car ils ne sont pas capables de les faire eux-mêmes et je ne suis grand-mère que de 3 chats et 10 poissons rouges…. Et puis aussi, amène leur donc des cadeaux pour moi, comme ça, pour une fois, ils m’offriront quelque chose.

Pour tous ceux et celles que je n’aime pas, hormis Pascale qui est déjà servie, donne-leur donc un contrôle fiscal ET Cafat dans l’année, en même temps, ça les occupera.

Pour que le monde vive en harmonie, je commande à tous les pays qui sont en guerre, des pistolets et fusils à eau pour leur rafraîchir les idées.

Enfin, pour que la crise se termine, crée des banques qui prêtent à tout le monde, à taux zéro, dans le monde entier, et même en Grèce !

Je te signale que j’ai été très très sage toute l’année et que je mérite donc une belle récompense. Mais t’as pas intérêt à te tromper, sinon, je dirai à tout le monde que tu n’existes pas !

Fabienne FABRE

 

Du cours en stock: le franç... |
lavieenprose |
Cahier de Français |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'3nvers de la caverne
| ASSOCIATION CORAMBE
| ylds